# reine dé neiges

Un jeudi froid et humide.

18h45 : présentation de résidence sobre mais éclairante.

Cécile et Anne sont venues à nouveau chez la Labomedia pour continuer leur projet à épisode
On se souvient de « À votée » en française dans le texte pérformée au Bouillon avec Coraline Cauchi
Aux OAVL, elles se sont orientées vers les biographies de femmes sur wikipedia : Wikifenia
Leur sélection s’est concentrée sur les actrices du premier féminisme (bien souvent veuves et institutrices).

Cette nouvelle étape de travail et beaucoup plus ambitieuse : Elles veulent désormais mélanger pièces plastiques, ateliers, outils en ligne, visualisation, editathon.
Elle mise sur la mise en commun des talents divers pour faire monter la sauce.

Le travail en cours avec Coraline porte sur Madeleine Pelletier (première psychiatre française radicale et jusqu’au boutiste : pro-célibat,  pro-virginité, pro-avortement, #balancedonctonporc).
Le texte produit par les Robertes Larousse est un parcours subjectif de liens en liens (N+2 génération de lien, pour être exact) autour de la page wikipedia de Pelletier.

Si vous ne comprenez pas, venez donc le 21 mars à la Ruche pour une performance de 40 minutes + visualisation de l’ensemble des articles du corpus

19h39 : un bit de dieu minimal mais primordial.

Serge nous a présenté son travail sur TapOSC et Pure data.
Il bouge les sliders sur son smartphone (dégooglisé) et controle son ordi.
Et vice et versa !

Charlotte a réalisé un tangram,

Gaziel a nettoyé la decoupe laser et a imprimé une cock de téléphone pour Simon.

Tout est bien qui fini bien

 

# un été indien dans la ville

Notre atelier est localisé au meilleur endroit pour au maximum profiter des journées ensoleillées orléanaises. Je vous conseille de venir y bricoler, surtout les jours sans nuages, ou alors les jours où il y a des beaux nuages. Si les impératifs professionnels vous empêchent de venir à l’atelier du c01n aux heures où le soleil brille, je vous conseille de démissionner.

Compte rendu de l’open atelier du 16 novembre

Ce fut une journée tranquille.
Peu de Laborantins derrière leur paillasse ce jeudi de novembre.
Cet échec de popularité est pourtant propice au travail.
Tous les open Ateliers sont des réussites
Et chaque fois, c’est pour des raisons différentes.
C’est magnifique !

Djo

Djo nous a presenté la version 1.6 de son beatmixer.
Désormais, on peut jouer à plusieurs, au même moment, à des endtoits différents du monde.
Pas mal, comme évolution.

Simon

Pour la noél de son petit frère, Simon a fabriqué 2 manettes de console.
Sa console de jeu est en fait une RaspberryPi qui bien que ne mesurant que 9  x 6 cm contient 10 consoles et des centaines de jeu !

 

Serge

Toujours dans la veine du jeu vidéo Serge a réinventé le Pong.
celui ci fonctionne avec un moteur blender et est jouable sur un ordi ou un téléphone ou les deux en même temps.

 

Jeudi prochain : c’est le début de l’Anthropocène venez nombreu(ses)x

# mitou 155

Si un jour la vie nous éloigne de nos principes écologiques, que notre lutte contre les moulins géants du GAFAM nous semble vraiment trop vaine et que la magie de la sérendipité (qui, elle, ne nous quittera jamais) nous pousse vers le transport routier, Mitou155 sera notre nom de cibie.
Nous passerons notre temps d’attente dans les grands ensembles de logistique à réaliser  en Diodes Electro Luminescentes une enseigne à notre nom que nous placerons ostensiblement derrière notre pare brise panoramique, face à la route.

Mitou

Le Labomedia ne s’est jamais fait harcelé contre rémunération, pouvoir, ou célébrité.
Dans quelques temps notre association va changer de sexe et s’appeler officiellement LA Labomedia.
Il est bien probable que les problèmes commencent rapidement.
Espérons seulement qu’ils lui permettront d’intégrer les secteurs clefs de l’industrie culturelo-numérique.

155

Pour ce qui est de la passion labomediesque pour la souveraineté technologique, le délire autour des logiciels libres, l’appétence pour les échanges non commerciaux, la méthode de l’éducation populaire, la découverte du numéro 155 lui inspire l’idée de garder un double boot Linux/windows10. En cas de descente, il est toujours bon de pouvoir feindre la moutonisation : gmail/facebook/windows le temps du contrôle de routine.

Bien loin de la violence policière et des crimes sexuels les laborantins travaillent à un avenir radieux.

Compte rendu de l’Open Atelier du 19 octobre 2017

Une bande de fille est venue faire du repérage pour re-monter l’atelier gravure à l’eau forte au Credo et a aussi été initiée aux joies de la découpe laser et de l’impression 3D

Serge déforme des images en OSC.

Ale empile les télés et leur envoie un signal brouillé de la plus belle facture.

Gaziel, Simon et Antoine ont travaillé dur à un module d’automédiation pour presenter les petites éoliennes au festival D.

Simon et Mme Filipi ont tenté la confection d’un fantôme vidéo, mais n’ont pas été plus emballés que ça par leur trouvaille.

Mme Filipi a présenté son plan B [Vidéo à venir]

Djo a présenté la version 1.02 de son Beatmixer [Vidéo à venir]

Guillaume a brillé grâce à sa régie multividéo sous Puredata [Vidéo à venir]

 

Compte rendu de l’Open Atelier du 26 octobre 2017

Un citoyen est venu libérer son ordinateur grâce à Lubuntu.

Une citoyenne est venue fabriquer une maison à coccinelles avec Simon et la découpe laser.

Antoine a créé une petite matrice equipée de puissants aimants pour une mini-eolienne.

François-Marie a fabriqué des écrins sur mesure pour ses céramiques.

Bjorn rève de séquençeur et commence comme il se doit par faire clignoter une LED.

Benjamin a donné à l’assemblée un compte rendu des victoires accumulées au festival D.

Joseph et sa dernière appli de facilitation de transport de données personnelles de smartphone vers personalcomputer ont ébloui l’audience et reçu des commandes.

Guillaume a présenté son système de fixation de raspberry Pi + Disque Dur à base de socle swaggy (grâce à la découpe laser) + maintien via Colson®

Sylvain a donné un atelier RasberryPi aux chercheurs du projet Aperco. [Vidéo à venir]

Simon et Mme Filipi ont travaillé à la régie fantôme : le plan B présenté par la vieille dame a été repris en main par Rico et Simon est s’est un peu complexifié.

# no logo

C’est par le son et un mammifère sautillant que nous illustrerons le compte rendu de la journée d’Openatelier du 12 octobre 2017.

Dans les bureaux

La matinée a commencé en douceur par la visite des locaux de la Labomedia et une présentation de son travail et de son objectif à des étudiant(e)s de l’Esad : l’équipe, l’objectif de sauvetage du monde, les logiciels libre, les projets en cours, les sujets abordés à venir, le MDJ du soir même.

L’équipe de la Labomedia a axé sa petite-réunion-informelle-des-jeudis autour du message à transmettre au maire d’Orléans que notre PDG et notre DG rencontreront à la fin du mois.
Le contenu de cette discussion restera secret jusqu’à sa divulgation officielle mais nous avons évoqué une fusée à deux étages.

Des chercheu(se)rs du CNRS sont venu(e)s rencontrer la Labomedia pour mettre en place un colloque autour de l’anthropocène au Musée des beaux arts d’Orléans.
Est-ce un hasard du calendrier ? Ce sujet sera abordé lors du prochain MDJ du 23 novembre.

A l’atelier du c01n

Antoine continué a peaufiné sa présentation au festival D.
Il a découpé au laser des engrenages qu’il a monté sur un moteur d’essuie glace/monte vitre de voiture.

Gaziel a donné des conseils à des adhérentes qui avaient des soucis sous Androïd.

Ale est venu découper une boite pour protéger son montage électronique qu’il présenta au Bit de dieu.

Charlotte a continué sa quête de production d’un fil de PLA compatible avec notre imprimante 3D.

Mme Filipi a essayé de découper des pièces d’un puzzle 3D.

Serge est venu présenter la phase final de son travail météorologique et est tombé sur un script python qui répondait exactement à un autre axe de recherche qu’il avait mis de coté

Simon et Mathias ont bossé sur un projet commun.

Nico et sa team son venus geeker sur canapé.

Au credo

Ale a continué son travail de résidence.

Au 109

C’était le MDJ spécial : le code est politique